contenu de la page

Eglise et lieu de culte

Eglise et lieu de culte

Chauffage des églises et autres lieu de culte

Système de chauffage rayonnant économique et écologique:

 

zChurch_012

 

Une esthétique respectée:

 

Totalement invisible car intégré au bâti.

Les murs sont dégagés, pas de radiateurs.

Placez vos meubles où bon vous semble.

Permet de poser tous types de revêtement de sols (carrelage, parquets, moquettes, béton ciré, lino, sisal, etc...).

Pas de tâches noires sur les murs (par l'absence de convection).

 

Un investissement économique :

 

L'uniformité de la chaleur dégagée par la totalité du mur ou du plafond permet d'obtenir le même confort avec 3° de moins au thermostat.

Pas de remplacement de l'installation au bout de quelques années.

Pas de frais d'entretien.

Aérez vos pièces sans perte de chaleur conséquente (la chaleur est stockée dans les murs, par le sol et le mobilier).

Pas de local technique.

Pas de paiement avant consommation (comme pour le gaz, le fuel ou le bois...).

 

Une mode de chauffage performant:

 

Permet de chauffer des plafonds hauts .

Montée en température rapide (faible inertie de la plaque de plâtre).

Aucun obstacle à la diffusion de la chaleur (meubles, tapis, châpe épaisse etc...).

Notre film chauffant BP Système converti plus de 99% de l'électricité en chaleur.

Une sécurité reconnue:

Pas de danger de flammes, de fuite de gaz ou d'explosion.

En cas de dégât des eaux, nos films chauffants sont étanches à l'eau.

Aucun risque d'incendie.

Si la zone active du film chauffant venait à être percée, il suffit de retirer la vis (aucune conséquence).

Un confort inégalé:

 

Aucun points froids ou chauds, la chaleur est uniforme quel que soit l'endroit où l'on se trouve.

Chaleur douce et enveloppante. 

 

 

 

Chauffage sous estrade par film Chauffant de 220Voltes ou 48Voltes ou 24 voltes :


Ce mode de chauffage consiste à réaliser des estrades où se tient l’assemblée avec :
• une couche de circulation d’air au sol (un delta MS déroulé),
• une isolation par laine de roche à haute densité posée entre les lambourdes de telle
manière à ne laisser aucun vide entre le parquet et l’isolation.
• sur les lambourdes et au-dessus de l’isolation, un film chauffant électrique en carbone
avec une puissance de chauffe d’environ 130W à 160W par m²,
• un parquet sur lambourde directement en contact avec le film chauffant.
Ce mode chauffage impose la construction ou la reconstruction d’estrade, permet de
garder les sols existants en place avec une solution réversible ; il dégourdit l’atmosphère
de l’Église et évite de prendre froid par les pieds.
Il a une relative faible inertie (2 à 3 heures de chauffe préalables).

 


• Chauffage par panneau rayonnant au mur :

 


Ce mode de chauffage convient pour les petites chapelles “domestiques” de communauté
basse de plafond, avec peu de monde, mais fréquemment utilisées.

 


• Chauffage par dalle chauffante :

 


film chauffant 220Voltes ou 48Voltes ou 24Voltes
une chape béton revêtue d’un sol de terre cuite ou de pierre mince. Ce chauffage a
l’avantage de chauffer le sol, ce qui empêche d’avoir froid aux pieds. Chauffé à basse
température, cela évite une stratification de l’air chaud dans les parties supérieures, la
chaleur étant franchement ressentie jusqu’à 2 mètres, 2,50 mètres de hauteur.
Il évite la condensation sur le sol et en pied de mur et assainit les faces intérieures des
murs extérieurs.
Il est peu coûteux pour entretenir une température d’assainissement de l’édifice sans que
cela soit une température de chauffage. Une température du sol de 16° à 20° est déjà une
température de confort pour des personnes correctement vêtues, sans que l’on ait besoin
d’atteindre une température de l’édifice constante supérieure (en logement, ce type de
chauffage permet des températures de confort inférieures aux températures obtenues par
radiateur).
Le plancher chauffant rend totalement invisible le chauffage et permet la meilleure
réversibilité des aménagements (modification des dispositions d’assemblées,
retournement d’assemblée en cas de concert par exemple).
Ce type de plancher chauffant a néanmoins des inconvénients :
- il nécessite le remplacement du sol ou la repose du sol existant (récupération de
tomettes),
- pour conserver le sol au niveau initial, un décaissement d’environ 20cm est nécessaire
et doit être fait sous surveillance archéologique, avec des sondages préalables pour
éviter de perturber les couches archéologiques significatives. Éventuellement, le sol des
Églises peut être remonté sans dommage quand le sol existant n’a pas grand intérêt et
qu’ on ne masque pas les socles de colonne.
- en cas de sol de pierres épaisses, de dalles funéraires nombreuses…, il n’est pas
imaginable de remplacer ces sols ni de les reposer. Il est possible de tourner autour de
dalles funéraires si elles sont laissées en place.

- il est possible de pallier l’intermittence du chauffage qui est contradictoire avec l’inertie
de ce mode de chauffage par un sur-dimensionnement de la puissance de chauffe (la faire
passer de 100 à 120 ou 150 watts par m²).
En cas de mode de chauffage par intermittence, la
régulation doit être simplifiée au maximum avec uniquement une sonde intérieure
(l’intérieur de l’Église peut être froid, alors qu’à l’extérieur la température peut être
suffisamment clémente pour ne pas avoir besoin de chauffage. Une sonde au sol pour
éviter des températures du sol trop élevées.
- C’est le mode de chauffage le moins préjudiciable pour la climatologie intérieure de
l’Église.

Dans le cas d' utilisation de films de 48Voltes ou 24voltes, l'installation est plus complexe .
Car il nécessaire de relier les films à plusieurs transformateurs.

Usage:

 

L’usage d'un chauffage est différent de celui d’une maison d’habitation, les personnes sont couvertes
généralement comme à l’extérieur, la durée d’utilisation est entre une heure et deux heures.
Les personnes sont généralement immobiles.

 

- un usage très intermittent (une messe par mois compris les obsèques pour les petites
Églises ; et pour d’autres Églises deux messes par week-end avec éventuellement un
office quotidien, parfois l’accueil de concert en demi-saison, d’exposition d’art, des
permanences d’accueil touristique, parfois un accueil religieux).
Dans une grande majorité des cas, cet usage est de l’ordre de quelques journées en
saison d’hiver.
Les caractéristiques du bâtiment sont en général d’être de grand volume, non isolé, des
grandes surfaces de vitrage, une légère ventilation constante dans le meilleur des cas,
parfois des vitraux cassés non remplacés, des sols de terre-plein froids tout au long de
l’année.
Les murs de pierre ont du mal à se réchauffer au printemps.

 

Un chauffage traditionel endommage la structure de l'édiffice :

 

le chauffage a des conséquences sur la
climatologie intérieure de l’Église plus ou moins préjudiciable aux oeuvres d’art conservées
(variation hydrométrique des bois, développant des champignons sur les colles végétales ou
animales : tableaux, tapisseries, peinture sur bois…).

La conséquence des condensations sur les vitraux est importante avec des dégradations des
vitraux eux-mêmes, des coulures d’eaux de condensats sur le vitrail puis sur les murs.